Le château de Chenonceau

Galerie

Le château de Chenonceau fut construit sur le Cher au XVIe siècle par Thomas Bohier et son épouse Khaterine Briçonnet après avoir rasé le château fort et le moulin fortifié de la famille des Marques à l’exception du donjon, la Tour des Marques, transformé dans le goût Renaissance.

Construit sur les piles de l’ancien moulin fortifié, on accède à l’intérieur du château par une porte monumentale en bois sculpté et peint portant sur le battant gauche les armes de Thomas Bohier et celles de son épouse Khaterine Briçonnet sur celui de droite.chenonceau

chenonceau

Après avoir franchi la porte d’entrée, nous pénétrons dans le vestibule dont le plafond se compose de voûtes d’ogives dont les clefs sont décalées.chenonceau La première pièce à gauche est la salle des gardes que l’on traverse pour accéder à la chapelle dont les vitraux datent du XXe siècle, les originaux ayant été détruits lors d’un bombardement en 1944. Du même côté du vestibule on trouve la chambre de Diane de Poitiers, favorite du roi Henri II, prolongée par le cabinet vert et la librairie qui étaient le cabinet de travail de Catherine de Médicis devenue régente à la mort de son époux le roi Henri II. chenonceau  En face, visitons la chambre de François Ier dans laquelle on peut admirer une des plus belles cheminées Renaissance et un cabinet italien du XVIe siècle exceptionnel par ses incrustations de nacre et d’ivoire gravé à la plume, cadeau de mariage fait à François II et Marie Stuart. chenonceau

chenonceau

A côté de cette chambre, le salon Louis XIV où on peut voir son portrait par Rigaud avec un extraordinaire cadre par Lepautre ainsi qu’une cheminée Renaissance sur laquelle la Salamandre et l’Hermine évoquent le souvenir de François Ier et de la Reine Claude de France. chenonceauchenonceau Au fond du vestibule on accède à la galerie, partie du château enjambant le Cherchenonceau et, juste avant cette galerie, un escalier nous conduit dans les énormes soubassements que forment les deux premières piles assises dans le lit du Cher où se trouvent les cuisines équipées de la plus grande cheminée du château.chenonceauchenonceauchenonceau

Après avoir gravit l’un des premiers escaliers droits construits en France sur le modèle italien, à deux rampes coupé d’un palier formant loggia à balustrade et orné de médaillons nous posons le pied dans le vestibule de Catherine de Briçonnet avant de pénétrer dans la chambre des cinq reines ainsi nommée en souvenir des deux filles et des trois belles-filles  de Catherine de Médicis :

  • la Reine Margot (épouse d’Henri IV) et Elisabeth de France (épouse de François II) ses filles.
  • Marie Stuart (épouse de François II), Elisabeth d’Autriche (épouse de Charles IX) et Louise de Lorraine (épouse d’Henri III) ses belles-filles.

La visite du premier étage se poursuit par la chambre de Catherine de Médicis avec un beau mobilier sculpté du XVIe siècle et ornée de tapisseries des Flandres datant de la même époque,chenonceau la chambre de César de Vendôme aux murs tendus de tapisseries de Bruxelles du XVIIe siècle et la chambre de Gabrielle d’Estrées où on peut voir une tapisserie des Flandres du XVIe siècle près du lit à baldaquin et les trois autres murs sont tendus d’une très rare suite de tapisseries dite les mois Lucas : juin (signe du Cancer, la tonte des moutons), juillet (signe du Lion, la chasse au faucon), août (signe de la Vierge, la paye des moissonneurs).chenonceau

Gravissons maintenant l’escalier menant au vestibule du deuxième et dernier étage de ce châteauchenonceau

chenonceau

et pénétrons dans une chambre à l’atmosphère funèbre : la chambre de Louise de Lorraine où elle se retira après l’assassinat de son époux le roi Henri III dans le recueillement et la prière entourée de religieuses et toujours vêtue de blanc, étiquette du deuil royal oblige, on la surnommera la Reine Blanche.chenonceau

Le parc et les jardins du château sont aussi un détour obligé et il est donc conseillé de prévoir une journée pour la visite de l’ensemble et pour le repas de midi vous aurez le choix entre le restaurant gastronomique de l’orangerie et le self-service installé dans les anciennes écuries royales.chenonceauchenonceau

Publicités