Cimetière militaire allemand de La-Cambe

Galerie

Cimetière militaire allemand de La-Cambe, Calvados, Basse-Normandie, France

Cliquer sur une photo pour afficher en grand et en diaporama. Flèches pour faire défiler, échap pour quitter.

Publicités

Cimetière militaire américain de Colleville-sur-Mer

Galerie

Le cimetière militaire américain de Colleville-sur-Mer dans le Calvados, Basse-Normandie, France est un petit bout de territoire américain de 70 hectares en Normandie qui se situe juste au-dessus de plage dont le nom de code du débarquement du 6 juin 1944 était « Omaha-beach ». Dans ce cimetière sont enterrés 9384 militaires et 4 civils, tous décédés le jour du débarquement ou dans les jours qui suivirent en Normandie au combat.

14 000 dépouilles, d’abord inhumées en Normandie, ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches.

Parmi les morts reposant dans ce cimetière se trouve le général Theodore Roosevelt Junior (1887-12 juillet 1944), fils ainé du président des États-Unis Theodore Roosevelt et lointain cousin du président Franklin Roosevelt).

Cliquer sur une photo pour afficher en grand et en diaporama. Flèches pour faire défiler, échap pour quitter.

Omaha Beach

Galerie

De Vierville sur Mer à Sainte Honorine des Pertes

Départ pour la côte, plus exactement Vierville sur Mer pour une randonnée de 20 Kms aller-retour sur Omaha Beach, nom de code de cette plage pour l’opération « Overload »mais qui fut surnommée « Omaha la sanglante » après le débarquement.

Omaha-Beach

Omaha-Beach au pied du cimetière américain

Nous longeons la plage sur la promenade en bordure de mer sur 3 Kms et admirons d’un côté la mer et de l’autre quelques jolies villas. Nous continuons sur un chemin dans le marécage entre le cimetière américain de Colleville sur Mer et la plage sur environ 1 km et faisons une pause pique-nique dans les dunes au pied du cimetière.

Après s’être restaurés, avoir remis notre sac sur le dos et les bâtons en mains, nous voilà repartis à travers le marécage jusqu’à la plage de Colleville sur Mer. Quelques centaines de mètres sur une route goudronnée, nous prenons à gauche un pont enjambant un ruisseau et continuons sur un chemin carrossable puis un petit chemin boisé qui monte vers la haute plaine et nous mène à nouveau sur un chemin carrossable qui nous conduit vers les ruines de la chapelle Saint Siméon envahies de lierre et d’où nous avons une belle vue sur la mer en contrebas.

Omaha-Beach

Ruines de la chapelle Saint-Siméon

Omaha-Beach

Ruines de la chapelle Saint-Siméon

Après un petit arrêt pour prendre quelques photos, nous continuons notre route, ou plutôt devrai-je dire chemin vers Sainte Honorine des Pertes.

Omaha-Beach

Vue sur mer

La descente vers le lieu dit « Les Bateaux » est bien raide et il va falloir la remonter tout à l’heure car nous arrivons au terme de notre circuit. Nous arrivons donc sur une plage de galets au pied d’une falaise et à notre surprise, sur la gauche coule une cascade.

Sainte-Honorine-des-Pertes

Sainte-Honorine-des-Pertes

Goûter au bord de l’eau et c’est reparti pour refaire le chemin à l’envers!

La Suisse normande

Galerie

La Suisse Normande, petit coin de France, en Basse-Normandie, à cheval sur les départements de l’Orne et du Calvados doit son nom au relief qui la caractérise. Gorges façonnées par l’Orne et ses affluents aux eaux vives dans le Massif Armoricain. Versants abrupts, profondes vallées reflètent le passé de ce vieux massif montagneux qui culminait à 5000 mètres il y a seulement 2 milliards d’années et aujourd’hui à 417 mètres en deux endroits disputés, distants de 17 kms à vol d’oiseau, entre la Mayenne (le Mont des Avaloirs) et l’Orne (le Signal d’Ecouves) pour revendiquer le titre de point culminant de l’Ouest.

Nous allons aborder différents sites de la Suisse Normande :

La Roche d’Oëtre

Taillée dans la pierre, la Roche d’Oëtre est un des plus prestigieux belvédères naturels de l’Ouest de la France avec son à-pic de 118 mètres qui domine les gorges de la Rouvre.

Roche d'Oëtre

Sur ce site classé « espace naturel sensible » en pleines montagnes normandes vous découvrirez des paysages, des légendes et l’histoire de la géologie de la Normandie des montagnes connue sous le nom de Suisse Normande.

Roche d'Oëtre

Le lac de Rabodanges

Lac artificiel dû à l’inondation de la vallée de l’Orne suite à la création d’un barrage hydroélectrique par EDF en 1960, sa longueur est de 6 kms pour 250 m de large, une profondeur maxi de 12 m et une superficie de 1km².

Lac de Rabodanges

Le cadre sauvage de la Suisse Normande a heureusement été préservé ainsi que l’équilibre écologique du fleuve.

Lac de Rabodanges

Les boucles de l’Orne à Thury-Harcourt

Derniers méandres dans la Suisse Normande, l’Orne va entrer dans une zone plate, appelée plaine de Caen, qui va la conduire jusqu’à son estuaire à Ouistreham.

méandres de l'Orne

Après Thury-Harcourt, l’Orne décrit une courbe presque fermée. La nature a écrit en cet endroit la lettre oméga ( Ω ).

méandres de l'Orne

Le Rocher de Mesnil Glaise

Le Rocher de Mesnil Glaise marque le début de la Suisse Normande. Il s’agit d’un abrupt de cornéennes : sables et argiles transformés, recuits par les remontées de magma et repris par l’érosion et les mouvements hercyniens qui sont à l’origine des massifs ancien comme le Massif Central.

Le château du XVIIe siècle a été construit sur les restes d’une ancienne forteresse.Mesnil Glaise

La chapelle Saint Roch à flanc de paroi rocheuse est un lieu de pélerinage toujours fréquenté.

Mesnil Glaise

Saint Roch est invoqué contre les épidémies en général (peste, choléra, typhus, grippe…)

A suivre….

Dives-sur-Mer

Galerie

Dives-sur-Mer est une charmante ville de 6000 habitants, située en Normandie, aux portes du Pays d’Auge, entre Cabourg et Houlgate, entre mer et campagne. Réputée pour son marché qui se déroule dans des Halles classées du 14ème siècle, elle possède un passé prestigieux.

Son histoire commence au bord de la mer avec la découverte dans les filets des pêcheurs d’un Christ. C’est le début d’un important pèlerinage qui conduit à la construction d’une église au 11ème siècle. Ce monument agrandi au 14ème et reconstruit en partie aux 15ème et 16ème siècles est un trésor du patrimoine de Dives-sur-Mer.

Dives-sur-Mer, c’est aussi un des sites majeurs de l’histoire de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d’Angleterre. Il y a construit une partie de sa flotte et en est parti à la conquête de l’Angleterre. Vous trouverez dans l’église la liste des compagnons de Guillaume qui l’ont accompagné dans cette épopée. Un village artisanal porte son nom et une reproduction d’éléments de la Tapisserie de Bayeux sur la Capitainerie du port nous rappelle ces glorieux épisodes.

Dives-sur-Mer

Village d'art Guillaume le Conquérant à Dives-sur-Mer

Dives-sur-Mer

Village d'art Guillaume le Conquérant à Dives-sur-Mer

Dives-sur-Mer

Village d'art Guillaume le Conquérant à Dives-sur-Mer

Au début de l’ère industrielle, Dives-sur-Mer s’est développée autour d’une usine de métallurgie implantée sur le port. La ville s’est structurée autour de ce site et ses ouvriers ont acquis un savoir-faire reconnu dans le traitement du cuivre et de ses alliages.

A la fermeture de l’usine, Dives sur Mer a diversifié ses activités. La cité de Guillaume le Conquérant s’est une nouvelle fois tournée vers la mer en créant un magnifique port de plaisance sur la Côte Fleurie et une zone touristique : Port Guillaume.

Véritable cœur historique de la ville, le centre possède un large éventail de bâtiments de tous les styles architecturaux avec une Eglise du 11ème siècle, les Halles du 14ème siècle, la lieutenance : un élégant manoir du 17ème siècle, le Village Guillaume le Conquérant: un ancien relais de poste sur la route des grèves de Caen à Rouen et transformé à l’époque des bains de mer par son propriétaire en un charmant lieu de villégiature. Sur la colline, des villas balnéaires de toute beauté s’offrent une vue remarquable sur la mer. La villa des Bossettes ou Rottenburg du nom de ses propriétaires allemands construite au début du 20ème siècle cumule les effets baroques sur sa façade. Elle est également inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Témoin du début de l’ère industrielle, le Beffroi, qui servait de bureaux pour la direction de l’usine, fait également l’objet d’un classement et est en attente de restauration. La Maison Bleue de Da Costa complète cet héritage d’une note poétique.

L’histoire de Dives-sur-Mer commence avec la pêche d’un Christ miraculeux

Dives-sur-Mer

L'église de Dives-sur-Mer

Le 6 août 1001, des pêcheurs lèvent dans leur filet un Christ sans croix dont le genou se met à saigner sous les coups de hache d’un mécréant. Aucun artisan n’est capable de fabriquer une croix pour y déposer ce Christ. Trois ans plus tard, une croix retrouvée en mer s’adapte parfaitement au Christ miraculeux.

Dives-sur-Mer

Escalier dans l'église de Dives-sur-Mer

La légende du Christ Saint Sauveur est née, on place ce Christ dans la chapelle, et Dives-sur-Mer devient un lieu de pèlerinage.

Au fil des années, la chapelle se révèle être trop petite. Grâce à la générosité de Guillaume le Conquérant, un édifice de style roman est construit, dont il reste les quatre piliers du chœur, une arcade et une voûte.

Dives-sur-Mer

Vitrail de l'église de Dives-sur-Mer

Au 14ème siècle, on agrandit l’église dans le style gothique rayonnant. Pendant les guerres de religion, le Christ disparaît et le pèlerinage prend fin.

Dives-sur-Mer

Église de Dives-sur-Mer

Ce monument imposant que sont les halles est l’œuvre de charpentiers de marine des 14ème et 15ème siècles. Il repose à même le sol sans fondation sur 66 piliers en chêne, dont la base est en pierre, véritable isolant face à l’humidité. La partie la plus ancienne des halles se trouve dans la rue Paul Canta. Le bâtiment est dans son état d’origine : on y trouve rassemblés les matériaux et les techniques caractéristiques du pan de bois. C’est le style typique du Pays d’Auge. Pour sa construction, les matériaux du cru ont été utilisés comme le bois pour l’ossature et l’argile mêlée de paille entre les colonnes. Le toit est constitué de tuiles anciennes en argile locale. Fraîches en été, les halles devenaient glaciales en hiver. Quelques modifications ont donc été apportées. L’un des côtés a été fermé, le sol pavé, et trois fenêtres de la toiture ouvertes pour laisser pénétrer le jour.

les halles

Les halles de Dives-sur-Mer

D’Arromanches à Longues-sur-mer.

Galerie

Très agréable randonnée offrant des vues merveilleuses sur la Côte de Nacre rocheuse dont les falaises couleur ocre s’élèvent à la verticale des flots bleus.

arromanches

Vue sur la plage d'Arromanches

Sur la plage d’Arromanches, de nombreux vestiges du port artificiel  composé d’éléments flottants apportés d’Angleterre à la suite du débarquement du 6 juin 1944 sont encore visibles.

arromanches

Vestiges du port artificiel d'Arromanches

Une partie du sentier du littoral, vers le Cap Manvieux, est interdite depuis l’an 2001 pour cause de risque d’éboulements, la falaise étant très érodée par la mer et les vents.

arromanches

Vers le Cap Manvieux

Le chemin de grande randonnée du Pays Tour du Bessin, GR 223 a donc été dévié depuis, un peu plus à l’intérieur des terres tout en conservant sur la majorité du parcours une harmonieuse vue entre les champs de culture et la mer.

arromanches

Vue sur mer et les vestiges du port artificiel depuis le GR

arromanches

Le Cap Manvieux

Arrivés à Longues-sur-mer, une visite de la célèbre batterie allemande qui composait un important élément du fameux mur de l’Atlantique, s’impose.

arromanches

L'une des batteries de Longues-sur-Mer